Italiano Farmacia on line: comprare cialis senza ricetta, acquistare viagra internet.

Microsoft word - document3

LES TROUBLES ÉRECTILES NE SONT PAS UNE FATALITÉ
Beaucoup en souffrent mais peu consultent. Alors qu’une érection
vacillante, plus qu’un sujet de plaisanterie, peut être un signe clinique
grave. Le point avec le psychiatre et sexologue Christian Rollini.
Quand on parle de troubles érectiles, souvent on rigole. On n’imagine pas que ça
puisse être grave. Eh bien, on a tort.» Difficile en revanche de ne pas prendre au
sérieux le Dr Christian Rollini, vice-président de la Swiss Society of Sexology
(SSS), puisqu’il est à la fois médecin, psychiatre, sexologue et thérapeute de
couples.
Grave, la dysfonction érectile? Oui, dans le sens où elle peut être «un signe
avant-coureur d’un problème cardiovasculaire». Elle est même devenue «l’un des
meilleurs moyens de détection d’attaques cérébrales ou cardiaques pouvant se
produire en moyenne deux ou trois ans plus tard». Normal, le pénis renferme
des artères plus petites que celles du coeur par exemple, qui se bouchent donc
plus tôt.
Les chiffres, eux non plus, ne sont pas très affriolants. Selon le groupe
pharmaceutique Lilly, jusqu’à 50% des hommes entre 40 et 70 ans souffriraient
de dysfonctionnements érectiles, mais seuls 10% choisiraient de consulter.
Des causes multifactorielles
Longtemps, en l’absence de tout produit efficace et de connaissances étendues,
la médecine a privilégié la piste psychologique. Depuis l’avènement du Viagra et
de ses concurrents, les causes de nature physiologique ont pris le dessus. Mais,
rappelle Christian Rollini, les difficultés d’érection résultent d’un ensemble de
facteurs souvent mêlés –«anxiété, dépression, maladies cardiovasculaires, prise
de produits toxiques, usure due à l’âge…» – et varient selon le profil du patient.
«Pour quelqu’un entre 20 et 30 ans en bonne santé, on pourra penser à des
troubles psychologiques en premier lieu. A partir de 40 ans, on cherchera avant
tout à exclure un problème organique.»
Il ne sert à rien de se précipiter, au premier dysfonctionnement, chez un
psychiatre ou un urologue. «Avec du stress ou de la fatigue, des pannes, de
temps en temps, tout le monde peut connaître ça. Récemment, un jeune homme
est venu nous voir après une première expérience ratée avec sa copine. On s’est
contenté de le rassurer.» Il s’agira par contre de consulter en cas de «troubles
persistants, sur plusieurs semaines ou quelques mois».
Trois médicaments se partagent aujourd’hui le marché, tous assez semblables,
avec de légères variantes. L’effet du Cialis s’étale par exemple sur une durée
plus longue, environ 36 heures. Christian Rollini refroidit aussitôt les éventuels
enthousiasmes: «Ces médicaments ne sont que des facilitateurs de l’érection.
Vous n’allez pas vous retrouver avec un priapisme de 36 heures, ce qui pourrait
être dangereux.»
«Les problèmes sexuels, ça se joue à deux»
En cas de consultation, et contrairement à ce qu’on pourrait supposer, le
traitement ne sera pas forcément et uniquement médicamenteux. Christian
Rollini prône ainsi des diagnostics individualisés. Les troubles érectiles de tel
patient pourront par exemple n’être qu’une «manière d’exprimer son
impuissance à équilibrer la relation qu’il vit. On oublie parfois que les problèmes
sexuels, ça se joue à deux.»
Dans de tels cas, il n’est pas sûr que le Viagra soit d’un grand secours:
«Quelquefois, le médicament peut être un coup dans l’eau, une première
cartouche qu’on grille trop vite.»
La vaste campagne d’information menée ces derniers mois, à coups de spots
télévisés ou du site www.plusdexcuses.ch, par le groupe pharmaceutique Lilly,
Christian Rollini la verrait plutôt d’un bon oeil. «Nous les médecins sommes en
général de mauvais communicateurs et pourtant les premiers à nous plaindre
que les gens soient si mal renseignés.»
Bien sûr de telles opérations sont un peu orientées. Le monde pharmaceutique
aura tendance à mettre en avant ce qui l’avantage: la prédominance des causes
organiques. Lilly fabrique ainsi un des trois médicaments concernés. Mais
l’essentiel est que «le message passe », à savoir que «les troubles érectiles, c’est
plus fréquent qu’on ne pense et que ça peut se traiter». La première tâche du
sexologue sera de «dédramatiser», notamment en «félicitant la personne d’avoir
entrepris cette démarche de consultation». S’ensuivra une évaluation qui devrait
être la plus interdisciplinaire possible. «Un psychiatre comme moi, explique
Christian Rollini, sera plus tenté de chercher des facteurs psychologiques, mais il
est bon qu’il collabore avec un urologue, histoire de ne pas laisser passer par
exemple une prostatite.» Lequel urologue de son côté «aura parfois peu de
temps à consacrer au dialogue et aura tendance à prescrire le médicament sans
tenir assez compte du contexte psychosocial qui est un facteur fréquemment en
cause».
Sans surprise, l’hygiène de vie joue un rôle important: l’alcool et le tabac sont
déclarés ici ennemis de toute virilité. Le tabac, par son effet néfaste sur
l’irrigation sanguine qui elle-même permet l’excitation sexuelle. Quant à l’alcool,
certes, à chacun ses expériences et les témoignages peuvent paraître
contradictoires: aphrodisiaque une fois, coupe- sifflet une autre. Christian Rollini
règle le cas: «C’est la dose qui fait le poison.»
La gêne qu’il peut y avoir à consulter pour des questions de ce genre, Christian
Rollini affirme qu’elle est parfois présente aussi, et à un degré qui peut être
encore plus virulent, chez les praticiens. Il y a là bien sûr comme un paradoxe:
«Nous vivons certes dans une société où le sexe est omniprésent mais nous
éprouvons encore beaucoup de gêne face à la sexualité, et pas pour de bonnes
raisons, pas parce qu’elle doit rester de l’ordre de l’intime. Nous sommes gênés
non par pudeur mais plutôt par pudibonderie.»
Enfin, suggère le sexologue, il pourrait être légitime de se demander «si toute la
sexualité se résume bien à la qualité d’une érection». Si elle n’engloberait pas
d’autres choses, y compris «même si c’est une notion vague et difficile à définir,
de l’amour».
TEXTE LAURENT NICOLET / PHOTO PLAINPICTURE

LE SYNDROME HEMINGWAY
Le Viagra et les autres produits similaires auraient peut-être dissuadé l’écrivain Ernest Hemingway, devenu impuissant, de se suicider à la carabine de chasse. On peut néanmoins se poser la question: jusqu’à quand se doper à la petite pilule bleue? A partir d’un certain âge, «ne plus pouvoir» ne serait-ce pas simplement franchir une étape naturelle? Christian Rollini nuance. D’un côté il faudrait éviter de tomber dans le travers contemporain de «la performance à tout prix»: «La majorité d’ailleurs à partir d’un certain âge choisit de laisser tomber, de renoncer à toute vie sexuelle.» Mais ce n’est pas la seule voie. Ceux qui persistent, parfois grâce à l’aide des médicaments idoines, et conservent une activité sexuelle «même au-delà de 80 ans, sont en général très satisfaits de ce choix».  

Source: http://www.medipsy.ch/lausanne/les-troubles-erectiles-ne-s.pdf

nmml.org.au

Order Form and Tax Invoice The Cancer Council Victoria ABN: 61 426 486 715. N.B Upon payment, this form can be used as a Tax Invoice. Please photocopy this form for your tax records.  Please send order to: On this order form You can order resources for • people who want to stop smoking• people from Non-English Speaking Backgrounds• researchers• places that want to go smoke

Microsoft word - hp - maldives project cis note _with oc logo_ _15[1].5.08_.doc

COLLECTIVE INVESTMENT SCHEMES LAW EXPLANATORY NOTE INTRODUCTION The draft Collective Investment Schemes Act (the " Act ") is intended to introduce into Maldives law provisions relating to the establishment, operation, promotion and sale of collective investment schemes. The Act further provides for the regulation of all persons who act as manager or depositary of collectiv

Copyright © 2010-2014 Drugstore Pdf Search